Accueil / De Kanchanaburi à Namtok par le chemin de fer de la mort
De Kanchanaburi à Namtok par le chemin de fer de la mort

De Kanchanaburi à Namtok par le chemin de fer de la mort

You can read this post in : English

Le chemin de fer de la mort

5;57 h du mat, c’est l’heure de départ du fameux train, qui passe par le chemin de fer de la mort, dont il est question dans l’article précédent!
A 5h30, les premiers rayons de soleil frappent les boiseries de la petite gare colorée, la chaleur monte rapidement, le train sera en retard, comme tous les jours ou presque, et ça ne sera jamais un problème: les rares passagers sont des touristes ou des fermiers de la région, tous le monde a le temps de savourer les moments de ce petit matin tropical.

La vieille machine s’annonce poussivement, arrivant de la gare de Thonburi, à Bangkok, les wagons sont équipés de sièges simples, en bois, peints en orange, les fenêtres sont toutes ouvertes et parfois cassées, pas de clim, la classe!! Bien mieux que la première! Un retour en arrière, dans une atmosphère même pas désuète, cette machine semble éternelle et plus vivante que jamais.

Le rythme de croisière est à la hauteur des retards, cueillis ça et là, en s’arrêtant dans les petites gares des villages isolés dans la profonde campagne de la province de Kantchanaburi, des pointes à 50km/h ne rattraperont pas le temps qui n’est jamais perdu, ici le présent est maître.
Le parcours est superbe sous ces lumières matinales, dans la campagne encore humide, la belle métallique longe la rivière Kwai et semble à la fois pesante et aérienne, quand elle se dresse sur ses pilotis en bois, des talons hauts plantés indécemment dans le cœur de la roche, pour mieux nous faire baver sur ses étourdissants points de vue.

Ce petit parcours de deux heures et demi vaut vraiment le coup à condition de se lever très tôt, de façon à profiter des lumières dorées du levé, d’éviter la chaleur étouffante du midi, et le peu de passagers à cette heure permet de profiter au maximum de l’espace du train et de le parcourir aisément, le second train de 10:45 h ne présente aucun de ces avantages.

Voici une courte vidéo, qui permet de se faire une petite idée de l’ambiance, à bord du train, filmée au Canon 6D et à la Gopro Hero 3 black:

view (5211)

10 commentaires

  1. Superbe film Stéphane, merci pour ce partage !

    Michel.

  2. Beau récit qui me replonge dans cette paisible campagne!

  3. Bonjour Stéphane,
    Très sympa ta petite vidéo. Je suis allé en Thaïlande à trois reprises sans jamais aller dans la province de Kanchanaburi que je croyais inintéressante. Je me suis peut-être trompé. En tout cas, ça a l’air très beau et calme. Et moi qui aime les balades en train, je crois que j’aimerais bien celle-ci.

    • Oui Mario, à condition de prendre ce train tôt le matin, c’est un vrai régal et un début de journée plein de vie, je découvrais la province de Kanchanaburi pour la première fois, alors que c’était mon cinquième voyage en Thaïlande, et je compte bien y retourner prochainement pour y découvrir les autres merveilles cachées.

  4. Pour mon prochain séjour en Thailande, je pensais prendre un chauffeur privé mais là…J’ai changé d’avis 🙂 Ce train part de Thonburi BKK ? Merci encore Stéphane pour tes bons plans. Une Thailande comme j’aime. <3

  5. Merci Stephane. Je vais partager ton blog avec ma famille des Usa et de Hong kong. Magnifique!!!!

  6. Ce train part de Thonburi du lundi au samedi mais de Hua Lamphong , la grande gare de Bangkok , le dimanche .
    Tarif unique pour les farang : 100 baht ; Attention, si on descend du train en cours de route il faudra repayer 100 baht !
    c’est 25 baht pour les thaïs, même si certains sont bien plus riches que toi .
    C’est ainsi et pas autrement .

    Faire l’impasse sur la province de Kanchanaburi ; c’est comme on veut , hein ?
    Pour moi l’une des plus belles de la Thaïlande ;
    Bien qu’ habitant loin, très loin , la ville de Kan’buri est a 700 km de chez moi; j’y vais chaque fois que cela est possible.

Laisser un commentaire

Scroll To Top

De Kanchanaburi à Namtok par le chemin de fer de la mort

par Stéphane Bidouze time to read: 3 min
10