Accueil / Les cascades d’ Erawan, Province de Kanchanaburi
Les cascades d’ Erawan, Province de Kanchanaburi

Les cascades d’ Erawan, Province de Kanchanaburi

You can read this post in : English

Plus la mousson sera intense et soutenue, plus belles seront les cascades; en Juillet, c’est souvent timide, le mois d’octobre serait l’idéal pour assister à un spectacle puissant, avec des débordements de torrents prêt à déraciner les arbres.
Ce 8 juillet 2013, nous avons droit, pour l’instant, à des pluies régulières, mais sans équivalent aux déferlements d’eau de la seconde moitié de la saison des pluies, qui hélas, inondent souvent une partie du pays et les villes comme Ayutthaya, Khorat voire même Bangkok.
Cela dit, c’est mieux qu’en hiver, la saison sèche, qui s’étend normalement de Novembre à Mai, où les visiteurs doivent se contenter de minces filets d’eau, dans ce qui est appelé sur les guides et les cartes « des cascades » !
Nous avons rejoint le parc national d’ Erawan en reprenant la nationale, toujours en bus local. Les bureaux du parc permettent de louer de vastes bungalows ou chalets bien équipés,  pour 800 bahts (20€), idéal pour 2 ou 4 personnes, superbe! Je conseille de choisir un bâtiment bien éloigné de la route, de façon à bien profiter de l’ambiance nocturne de la forêt environnante. Des restaurants très corrects longent le parking d’arrivée, tout est là!
Après une profonde et paisible nuit, nous commençons notre journée sur le sentier des cascades, à travers une forêt de bambous, plante qui pousse après une déforestation, des incendies ont donc certainement endommagé cette partie de la forêt.

Au détour d’un chemin, c’est un ami, très répandu en Asie du Sud-Est qui trône fièrement sur une feuille, un criquet de petite taille, mais aux formes plutôt inhabituelles.

criquet-thailande

Dans la forêt d’Erawan, qui se densifie au fur et à mesure de notre progression, un large tronc est décoré de rubans colorés, vous pouvez en voir dans d’autres articles de mon blog. Les Thaïlandais sont très superstitieux, et ont mixé les enseignements bouddhiques avec des croyances Animistes, qui perdurent. Les arbres sont habités par des esprits et il s’agit qu’ils ne viennent pas nous déranger, offrons leur des cadeaux colorés afin qu’ils puissent nous oublier un petit peu, cela permettra également la réalisation de nos vœux! C’est à peu près le sens de ces offrandes à ces arbres sacrés, appelés Banyans, l’arbre sous lequel Bouddha aurait atteint l’éveil. Couper cet arbre serait un sacrilège et un danger potentiel, car il libèrerait les esprits.
Je donne d’autres exemples, concernant les Thais, les esprits et la superstition, au niveau des choix des prénoms et surnoms à la fin  de l’article Chaing Rai et ses environs: What’s up doc?
En attendant, l’arbre, il est chouette:

arbre-sacre-thailande-superstition

Pendant que vous comptiez les rubans, nous sommes montés au septième niveau des chutes, une bonne heure de marche, plus en fait… rendue parfois glissante, entre les troncs d’arbres, les mousses et l’argile humide, boueuse. Voici les plus beaux spots des niveaux supérieurs, le 5 est magnifique:

Le niveau 3 est resté notre préféré question baignade, la cascade était déjà dense et il n’est pas facile de résister au poids et à la déstabilisation que provoque les masses d’eau, tout en gardant les yeux ouverts.

Dans les nombreux bassins d’Erawan, notre ami le petit poisson nettoyeur, probablement cousin du Garra Rufa , vient picorer les peaux mortes, les gros s’attaquent même aux jambes, ces poissons ne se trouvent qu’en bordure de bassin. Les plus petits viennent brouter les pieds et les mains, cela provoque une sensation étrange, on sent bien leurs micro dents, cela est supportable pendant quelques minutes, mais quand le nombre dépasse la trentaine, cela provoque des effets un peu « électriques » et des chatouilles. La plupart des personnes évitent de poser leurs pieds sur les bords et se précipitent vers le centre du point d’eau. Des poissons semblables sont utilisés dans les centres de spa ou des boutiques sur rue, dans toute les grandes villes de Thaïlande, attention cependant, certaines espèces proches provoquent des micro lésions sur la peau, l’espèce présente à Erawan est elle la bonne??? J’en doute, car j’ai assez nettement senti des morsures.

La province de Kanchanaburi est une mine pour les amoureux de la nature tropicale, les cascades d’Erawan sont les plus facilement accessibles, mais il existe plein d’autres lieux et parc nationaux dans cette région, certainement moins fréquentés et plus authentiques, on peut facilement imaginer un parcours de 15 jours à un mois dans cette unique province, qui est la moins chère de Thaïlande.

view (2769)

Laisser un commentaire

Scroll To Top

Les cascades d’ Erawan, Province de Kanchanaburi

par Stéphane Bidouze time to read: 5 min
0