Accueil / Can Tho, une ville et un port sur le Mékong
Can Tho, une ville et un port sur le Mékong

Can Tho, une ville et un port sur le Mékong

La ville de Can tho et le marché de Tan An

Can Tho, c’est une ville située au bord du delta du Mékong,  à environ 3 heures de bus de Ho Chi Minh, il faut se rendre à la station de Mien Tay, à l’ouest de la ville, les départs sont très fréquents, environ tous les quarts d’heure.
A Can Tho, je dois rencontrer Lieu, une jeune femme qui m’a proposé une virée sur le Mékong, ses canaux et ses marchés flottants, dans un petit bateau à moteur d’une de ses connaissances.
Avant mon arrivée, j’avais pris soin de réserver par email une chambre dans une guesthouse conseillée par le guide du Routard, le Mekong Logis, tenue par un couple Vietnamien ayant travaillé des années en France, parlant couramment le Français…
Super accueil, le gars était en train de repeindre le mur devant la porte de la chambre, il parle effectivement bien Français, mais il parle trop!
En 20 minutes, j’ai appris une vaste partie de sa vie, il ne me tardait que d’une chose: de conclure afin de poser mon sac et filer aux toilettes, mais il ne cessait de rajouter des détails, vantant sa connaissance des canaux et qu’il était le seul à proposer une expédition originale…
Il m’a indiqué le chemin pour me rendre au port, pas très facile à mémoriser: toujours tout droit jusqu’à rencontrer un obstacle, à gauche et puis toujours tout droit, 10 minutes d’explications tout de même!
Sur la route proche du port me vient une sensation étrange: je connais ce lieu et ce moment, je l’ai déjà vécu dans un rêve étrange, cette longue avenue bordée d’arbres, cette ambiance tropicale doucement plombante,les mobylettes fusant à l’heure de pointe et masquant les vendeurs sur les trottoirs…dans mon  rêve je marchais et marchais encore et toujours, je ne me souvient pas d’un évènement particulier.

can-tho-circulation-mobylette-vietnam
Un coup d’œil sur le port et voilà qu’un autre lieu jaillit de ma mémoire: Krabi en Thaïlande, je retrouve le même type de front de mer, propre et entretenu, les baraques en bois éclairées par la luminosité du couchant, et bien sûr les locaux qui viennent me solliciter pour une heure de bateau dans les canaux. Il manque juste les montagnes au  loin et également la mangrove, car ici c’est le plein Mékong, pas une rivière qui se jette à quelques kilomètres dans une mer azurée. Finalement, je craque pour ce petit tour en bateau, je ne vois rien de spécial, à part le grand pont et quelques arbres, je me laisse juste bercer par l’ambiance sereine du fleuve au couchant.

De retour à ma guesthouse, le gérant me saute dessus et poursuit sa narration quasi soliloque sur sa vie en France, m’expliquant que l’état Français vole les citoyens, et qu’avec sa femme ils ont été obligés de rentrer au Vietnam afin de monter leur affaire. Je lui parle de la corruption démesurée de son pays, il m’explique que sans cela il ne pourrait pas vivre, et que cela permet de toujours trouver un moyen de s’arranger et par exemple, de posséder du terrain à bas prix. J’apprends qu’il a gagné beaucoup d’argent, que ses frères tombent malade et meurs sans profiter de la vie, il est temps pour lui d’arrêter (c’était aussi mon avis à ce moment là). Un autre détail croustillant: ses chambres, qui sont, je l’atteste, grandes et agréables, qui donnent sur un superbe jardin tropical, ne coutent que 12€ la nuit, ses expéditions sont presque à prix coutant, son seul but et de faire plaisir aux clients et ses amis français, qui sont nombreux à revenir (je pensais « qu’ils sont cons ces Français »). Bref, il ne gagne pas d’argent avec ses affaires, mais il a gagné beaucoup d’argent avec. Une heure plus tard je regagne ma chambre avec un plaisir rarement égalé et me demande si je vais le supporter 2 autres jours.
Le petit dej du lendemain (inclus) m’a donné la réponse: a peine sa femme m’avait elle posé son jus d’orange, ses œufs fris, ses toasts et sa confiture, qu’il est venu m’expliquer que les ingrédients étaient de super qualité et que ça lui coûtait cher, surtout le beurre!  Je suis parti 20 minutes plus tard avant qu’il ne me parle du prix de la crémière.

Lieu m’a rejoint avec sa mobylette, s’est arrêté dans une boutique pour que j’achète un casque à 2€, car le port est formellement obligatoire à présent au Vietnam, et m’a aidé à trouver un hôtel simple et pas cher près du port, ouf!

A deux pas de l’hôtel, sur la route du port, le marché couvert de Tan An est très actif le matin, il déborde généreusement sur la rue:

Sous la halle, cela saigne beaucoup plus, de la pure boucherie comme on n’en fait plus, ici pas d’emballages plastiques superflus, c’est du brut!

Après ce déballage gore, une douce vision offerte par une vendeuse de lait de soja frais, la vie et ses contrastes.
vendeuse-marché-can-tho-vietnam

Dans les ruelles adjacentes, on y trouve de tout: boulons, mécanique,outillages, une immense quincaillerie joyeusement bordélique et organisée avec le cœur .

Après cette visite, qui creuse bien évidemment l’appétit, Lieu me conduit dans un jardin tropical et son restaurant pour déjeuner, ambiance Zen.

Dans la ville de Can Tho, rien d’exceptionnel, un temple style khmer mais qui ne vaut pas vraiment le détour, quelques scènes de rues pour finir la partie terrestre:

Petite expédition sur le Mékong et ses canaux, les marchés flottants de Cai Rang et de Phong Dien.

C’est un départ à 5h, avant le lever du soleil, afin d’arriver à l’ouverture du premier marché flottant, le Cai Rang,  situé à quelques kilomètres de Can Tho, ici on ne vend pas au détail et les quantités de marchandises qui circulent sont phénoménales. Les bateaux ont la particularité de signaler leur spécialité en attachant à une perche un échantillon du produit vendu, une enseigne authentique!

Finalement, il n’y a pas tant de trafic que ça, je m’attendais à une activité bien plus bouillonnante, il est certainement trop tôt, le soleil n’est pas encore levé. on peut observer la vie quotidienne des familles à bord des embarcations.

Le soleil se lève enfin, nous reprenons la route du Mékong vers le second marché, nommé Phong Dien. La végétation s’épaissit par endroits, jusqu’à fusionner avec les baraques en bois, c’est beau.

Cela prend une heure pour atteindre le marché de Phong Dien, le soleil est déjà trop puissant et il m’est impossible d’obtenir de belles lumières. Ce marché, bien plus sauvage, situé à 18km de Can Tho, est un marché flottant traditionnel, très compressé dans son activité, il n’est pas facile de se faufiler entre les barques et il ne s’agit de ne pas trop perturber son activité. Je ne remarque qu’une seule autre barque de touristes.

Maintenant nous pénétrons dans les canaux étroits, faisons quelques haltes sur les rives, dont une pour manger des rouleaux de printemps (appelés aussi Nems dans le centre du pays). Peu de faune et de flore pendant l’hiver, quelques rencontres habituelles ainsi qu’une chenille excentrique, une de plus!

C’est maintenant le retour à la case départ, deux heures de navigation sont nécessaires pour arriver à Can Tho vers 13H, 8h après notre départ matinal.

Je ne peux n’empêcher de rapprocher le Vietnam avec la Thaïlande, tant au niveau de certains paysages de cette région du sud, qu’à l’hospitalité de ses habitants, les Vietnamiens sont même encore plus amicaux, notamment les hommes, il est très facile de se faire des amis dans les transports en commun, sans aucune mauvaise intention dissimulée.

view (1648)

10 commentaires

  1. SUPERBE …. je vais me régaler à traduire le marché et la viande etc….

  2. Pour ce soir de Noël ce dépaysement nous projette dans une autre réalité humaine surprenante.
    Toujours un grand plaisir de suivre tes pérégrinations au cœur de la vie.
    Les photos sont superbes et les commentaires agrémentent le reportage avec bonheur !
    Merci Stéphane et Joyeux Noël !

  3. Grâce a ces photos, ce commentaire j ai pu en l’espace d un instant me plonger dans cet univers, décalage o combien marque avec notre dite civilisation. L essentiel, l authenticité quoi de mieux !! Et tellement riche! Merci

  4. Merci Stef, pour ces belles images et ces commentaires!J’ai bien ri en t’imaginant avec le gars de l’hotel!!!

  5. Comme toujours cet humour et beaucoup de bienveillance, dans ce que tu nous donnes à découvrir, Stéphane ! Tes images sont magnifiques !! Je voyage avec toi !!

  6. Cet article (et ce blog) sont une belle découverte. Un pays que j’adore, de superbes photos et un texte qui se lit bien… tous les ingrédients sont réunis pour passer un bon moment !

Laisser un commentaire

Scroll To Top

Can Tho, une ville et un port sur le Mékong

par Stéphane Bidouze time to read: 9 min
10