Accueil / Bang Kra Jao : Le poumon de Bangkok.
Bang Kra Jao : Le poumon de Bangkok.

Bang Kra Jao : Le poumon de Bangkok.

Cet article regroupe trois lieux: Bang Kra Jao, le pont Bhumibol, Bang Pu et Bang Saen

1 -Bang Kra Jao:

C’est Nok, bibliothécaire et photographe avec son copain Ping, informaticien,  deux nouveaux amis, qui ont acceptés cette promenade à Bang Kra Jao, le 28 Décembre 2014, ce lieu que je désirais découvrir en Février 2014, juste avant l’arrivée de l’hépatite A.
Bang Kra Jao (ou Bang Krachao), dans le district de  Samut Prakan, est surnommé jungle ou poumon de Bangkok, car oui, la mégapole asphyxiée possède un bel organe vert presque en son centre, sur le terrain dessiné par la plus grande méandre de la rivière Chao Phraya.

Nok et Ping récupèrent leur amie Poom à quelques kilomètres de l’entrée du parc, nous voilà 4.  A notre arrivée, un grand (et inévitable) marché tout en longueur occupe l’allée principale menant dans les entrailles de la jungle Bangkokienne, idéal, bien sûr pour s’alimenter avant de louer des vélos. Et c’est parti!  Tiens, Ping a disparu! On le retrouvera plus tard…

Le circuit cyclable est bétonné et  surélevé, car nous sommes  à proximité du fleuve Chao Phraya, Bangkok étant au niveau de la mer, niveau zéro, ce qui explique les abondantes inondations dans la ville pendant la mousson en été. On croise de charmantes habitations avec des jardins fleuris, des allées de palmiers aquatiques…

A l’approche du bord de la Chao Phraya, le paysage se dégage, j’admire au passage la quantité astronomique de matière plastique flottant au bord des berges.

Je comprends le désespoir de cet homme, même si je suis prêt à parier un éléphant que son chagrin n’est pas en rapport avec ma préoccupation écologique, la bouteille de Chang qui trône sur le rebord de la jetée est certainement une de ses complices.

A proximité de l’embarcadère, un chouette bar-restaurant à l’architecture tropicale originale nous barre presque le chemin, impossible de résister. On accède à la rive sur une jetée constituée de petits radeaux en bois, en face, la rive est une zone industrielle, je ne peux m’empêcher de penser au Bec d’Ambès à Bordeaux.

Finalement, on va squatter le bar un bon moment, faut dire que les petites spécialités sucrées finissent par nous scotcher aux sièges.

Non loin de là, le vieux temple Wat Bang Nam Phueng Nok est presque une ruine, il a toujours ses fidèles, les statues Bouddhiques, les offrandes et la propreté de l’intérieur du bâtiment attestent de son activité religieuse.

Le crépuscule ne va pas tarder, nous rentrons et mettons environ 30 minutes pour trouver le lieu où rendre les vélos, épique mais pas rare en Thaïlande, après 6 coups de fils et de multiples passages aux mêmes endroits, on retrouve la loueuse qui, las de nous attendre, a fini par nous rejoindre.
Nous quittons Bang Kra Jao, nous n’aurons apprécié que son décor,  pas sa vie locale, pour info il existe un marché flottant le week-end et l’activité agricole semble aussi développée, de nombreuses maisons modestes sont enfouies dans la nature.

2 – Le pont échangeur Bhumibol

Au retour, Nok propose de s’arrêter sous l’immense pont échangeur Bhumibol (nom du Roi actuel), achevé en 2006, qui est aussi dans le même secteur, la structure est impressionnante, contrastée dans le bleu profond du crépuscule.

3 – Bang Pu: un lieu pour taquiner la mouette !

Ici, je m’y suis rendu avec la charmante Gig et ses deux copines, le 10 janvier 2015, il faut avouer que l’on s’est bien marrés, la copine qui conduisait est une experte dans l’art de se perdre et, c’est formidable,  car elle excelle à toute heure ! Je savais que le lieu n’était pas super excitant, le temps était gris…Elles sont venues me chercher à Sukhumvit près de mon hôtel à Phrom Phong vers 15h, et nous sommes arrivés à 17h.  J’aurais mis 30 minutes en bus !
Bref, à l’arrivée c’est une jetée avec des familles Thaïs qui viennent se délasser en marchant et en nourrissant grassement des milliers de mouettes qui forment des manèges infinis, chopant à chaque passage les granulés lancées par les mains bienveillantes.
En vidéo:

Et en photo:

C’est à la tombée de la nuit que j’ai enfin réalisé la vraie raison de notre venue ici, les Thaïs étant épicuriens, mes trois amies avaient prévu le grand final dans le délicieux restaurant situé en bord de mer, établissement bondé et réellement à conseiller. Mmm désolé, je n’ai pas le nom du resto et je n’ai pas pris de photos de notre superbe table envahie par les spécialités du coin. Voilà, je ne n’ai que ça:

4 – Bang Saen: une étape gastronomique et religieuse!

Et c’est avec Pox, la grande épicurienne, rencontrée l’année dernière dans cet article, et sa robuste copine, que je passerais l’après-midi du 1er Février 2015 à déguster des fruits de mer sous un ciel de parasols, le long du front de mer de Bang Saen, toujours dans le même secteur…pas très loin du lieu de mon mémorable karaoké de Décembre.

L’immense sanctuaire Chinois « Thep sathit phra kiti chalerm »  longe la route menant à Bang Saen, je laisse mon amie Or le décrire:
« Il est dédié à Naja (ou Lo Chia) qui est un dieu mythologique. Naja est toujours représenté comme un garçon qui porte une lance et monte sur deux roues en feu (son véhicule). Il a aussi d’autres armes : un cerceau d’or (son bracelet devenant arme) et un foulard rouge pour lutter contre les démons et les vaincre.
Dans ce temple, on peut voir beaucoup d’autres personnages mythologiques en peinture et sculpture qui sont très bien réalisés. »

Pour cette photo, je cite à nouveau Or qui a commenté ma photo sur le groupe Facebook « Magique Thaïlande en photos » :
« Ceci c’est Naja avant de devenir Dieu. Quand il avait à peu près 6 ou 8 ans, il a combattu le Prince Dragon pour défendre les peuples au bord de la rivière. Il a tué le prince dragon et cela menait à une longue histoire très amusante et fantastique.

Ainsi s’achève cet article sur ces petites excursions autour de Bangkok.

view (1349)

Laisser un commentaire

Scroll To Top

Bang Kra Jao : Le poumon de Bangkok.

par Stéphane Bidouze time to read: 8 min
0